6 décembre 2016

Le métier de cariste

valerie bourret
par Valérie Bourret

David Parenteau exerce le métier de cariste chez Bourret depuis 11 ans. Autrement dit, il est chauffeur de chariot élévateur à temps plein. Chaque nuit, dès minuit, le travail commence. Quand terminera-t-il? Ça, ce n'est jamais défini à l'avance, ni les tâches qu'il devra accomplir d'ailleurs... et c'est ce qui fait la beauté de son métier!

Incursion dans le quotidien de David Parenteau

Comment se passe une nuit?

Quand on arrive à minuit, tout est déjà classé par ville. La marchandise cueillie dans le jour par les chauffeurs a été débarquée, et notre travail consiste à la reclasser et la charger. Environ 95 % du travail se fait avec le chariot élévateur, et 5 % sont de la manutention de boîtes. Les chargements varient selon les clients (matières dangereuses, métal, etc.).

J'ai des clients réguliers pour lesquels je fais des chargements chaque nuit, et il y aussi de nouveaux clients qu'on peut desservir dans le temps voulu. Il n'y a pas beaucoup de compagnies de transport capables de livrer autant en si peu de temps!

Quels types de camions chargez-vous?

Des camions et remorques de 48 pieds et de 53 pieds, des remorques chauffées et avec hayons hydrauliques (tailgate), nous avons aussi 3 remorques à rideaux pour faciliter le chargement de côté, idéales pour le bois, le métal ou la marchandise de grande dimension.

Combien de remorques chargez-vous en une nuit?

Environ 12 par personne, pour un total de 130.

Quelles sont vos tâches connexes?

On doit décharger les transporteurs arrivant de l'Ontario entre 4 h et 8 h le matin, et les recharger par la suite.
Quand on quitte le travail, toute la marchandise est partie pour la journée.

Quels types de chargements sortent de l'ordinaire?

Des tracteurs, des pelles mécaniques... nous avons aussi reçu les planchers pour recouvrir l'aréna du Centre Marcel-Dionne pour les Jeux du Québec. C'est une des rares fois où nous avons vu quelque chose comme ça. Un tuyau de caoutchouc de 63 pieds nous a aussi donné un beau défi... !

Qu'est-ce que vous aimez dans ce travail?

C'est un défi chaque fois et ça ne se déroule jamais de la même manière. Le but est de rentabiliser l'espace dans la remorque, sans briser les articles des clients.

Quels sont les principaux défis?

Non seulement il faut que tout le matériel entre dans la remorque, mais il faut respecter l'ordre dans lequel la marchandise sera livrée. Lorsque c'est possible, on divise la remorque en deux « planchers ». Ça permet de placer 26 palettes par terre et 26 au-dessus.

Quels sont les avantages de travailler pour Bourret?

C'est une entreprise familiale axée sur la santé et la sécurité. Il y a 50 chariots élévateurs, ça fait beaucoup, mais on se sent en sécurité. Chaque employé a son chariot attitré. Une fois par année, Bourret fournit nos vêtements de travail.

Quelles sont les possibilités d'avancement?

Chez Bourret, on peut postuler comme contremaître, répartiteur ou camionneur.

Avez-vous de la formation continue?

Oui, entre autres, sur les matières dangereuses, la loi 430 et la certification CT-PAT. Nous recevons une formation sur les chariots élévateurs aux 2 ans, axée sur la sécurité.

Quelles qualités ou capacités sont essentielles pour bien exercer votre métier?

Il est nécessaire d'être en bonne forme physique, car il y a de la manutention. Ça prend aussi une bonne mémoire pour se souvenir du matériel qu'on charge. Le système informatique peut avoir de petites erreurs... c'est rare, mais il faut quand même être vigilant!

Quelles capacités avez-vous développées avec le temps?

La mémorisation des villes : dans mon cas, je charge pour Drummondville. Autrement dit, je sais que tel client est attitré à tel secteur et telle marchandise, et aussi à quel moment du parcours il doit recevoir sa livraison. C'est plus rapide que de retourner vérifier dans le système informatique!

Il arrive que nous ayons de nouveaux clients qui ne sont pas encore enregistrés dans le système; il faut alors se souvenir où ils se situent et quelle est leur marchandise.

Quels sont les préjugés entourant votre métier?

Il y a quelques années, il y avait une rumeur disant que nous étions dangereux et que nous roulions trop vite. C'est faux, nous sommes vraiment axés sur la sécurité : nous portons tous des gilets munis de bandes réfléchissantes et nos chariots élévateurs ne peuvent excéder une certaine vitesse.

Décrivez-nous l'entreprise.

Bourret a presque doublé depuis que j'ai commencé, et la croissance continue. Nos méthodes de planification s'améliorent toujours et nos patrons sont ouverts aux suggestions. Sans oublier le club social qui organise des activités!

Que diriez-vous à quelqu'un qui voudrait faire carrière dans ce domaine?

Beaucoup d'entreprises cherchent des caristes; la demande d'employés est forte dans ce domaine. Les salaires sont compétitifs et il y a de bons avantages sociaux. C'est un travail valorisant. Je suis fier d'être encore là, je fais pratiquement partie des meubles!

Un poste chez Bourret, ça vous intéresse?

Vous avez l'expérience et les compétences pour relever les défis d'un poste de cariste ou un autre poste chez Transport Bourret? Faites-nous parvenir votre candidature dès maintenant!

Partager
Inscrivez-vous à l'infolettre
Restez à l'affût des nouveautés, promotions et services du Groupe Bourret !
Notre dernier article de blogue