Blogue

Au volant d’un 53pi… l’hiver!

23 janvier 2019

 

Lorsque nos camionneurs sont derrière le volant, ils doivent être attentif en tout temps! En effet, nos camionneurs sont fréquemment confrontés à de nombreux impondérables qui peuvent survenir tout au long du trajet: les embouteillages, les problèmes mécaniques,  et surtout, le facteur humain. Lorsque nous prenons ces contraintes en ajout à des conditions météorologiques hivernales changeantes, nos camionneurs font face à tout un défi. Afin d’avoir un portrait plus complet de ce à quoi ressemble la conduite d’un camion semi-remorque en hiver, nous avons interrogé un de nos camionneurs, Michel Labonté.

Quels sont les plus grands défis de la conduite hivernale ?

Un des plus grands défis de la conduite en hiver, c’est de devoir jongler avec le facteur humain. Les usagers de la route n’ajustent pas toujours leur conduite aux conditions hivernales et les camionneurs doivent être en mesure de prévoir leurs manœuvres. C’est d’ailleurs pour cette raison que les camionneurs adaptent leur conduite l’hiver. Ils ralentissent la vitesse de croisière afin de pouvoir réagir adéquatement.

Mise à part la conduite, le simple fait de vaquer à nos occupations quotidiennes représente un bon défi en hiver. Par exemple, lorsque la température ressentie est en dessous de -15˚c, il est un peu plus pénible de faire les inspections complète sur le camion et la remorque avant de quitter le terminal pour la journée ainsi que de devoir déneiger le camion et la remorque.

Quelles sont les règles de conduite que tu appliques systématiquement en cas de tempête ?

Lorsque la température extérieure n’est pas clémente, par exemple lors d’une bonne accumulation de neige au sol ou de verglas, il est important de ralentir la vitesse de croisière et d’adapter la conduite. Il faut par-dessus tout s’adapter au trafic et garder une bonne distance dans les embouteillages. Ceci permet d’avoir un bon temps de réaction si un impondérable survient, comme la perte de contrôle d’un automobiliste par exemple.

Quels conseils donnerais-tu à un camionneur qui en est à sa première hiver ?

Le meilleur conseil à donner est de demander une journée d’observation lors d’une journée de tempête afin de bien voir comme se passe la conduite. Aussi, tel que mentionné précédemment, il est important de se tenir le plus loin possible du trafic afin d’avoir un bon temps de réaction.

Qu’est-ce qui facilite votre conduite lors de tempête ?

Lorsqu’il y a des tempêtes, heureusement il y a moins de gens sur les routes. C’est donc, c’est plus facile pour la conduite. De plus, avoir de bons pneus ainsi que de bon essuie-glace viennent grandement faciliter la tâche. Heureusement, nous sommes bien équipés à ce niveau chez Bourret!

Mise à part les conditions météorologiques qu’est-ce qui peut représenter un défi pour votre conduite?

Les cellulaires au volant autant durant l’été que l’hiver… Cependant c’est pire l’hiver. En étant plus haut, c’est facile de voir à l’intérieur de l’habitacle et malheureusement une grande majorité des usagers de la route utilisent encore leur cellulaire en conduisant. Cette mauvaise habitude fait en sorte qu’ils ne sont pas attentifs à la route et cela leur laisse un moins grand temps de réaction.

Marilyn Demers par Marilyn Demers
//